LA DÉPRESSION POST-PARTUM : COMPRENDRE ET FAIRE FACE À BRISER LE SILENCE

juin 9, 2023

11 min read

Avatar photo
Author : United We Care
LA DÉPRESSION POST-PARTUM : COMPRENDRE ET FAIRE FACE À BRISER LE SILENCE

Introduction

« Le post-partum est une quête vers soi-même. De nouveau seul dans ton corps. Tu ne seras plus jamais le même, tu es plus fort que tu ne l’étais. -Joie d’améthyste [1]

La dépression post-partum (DPP) est un trouble de santé mentale qui affecte les femmes après l’accouchement. Des sentiments de tristesse, d’anxiété et d’épuisement le caractérisent. La PPD peut avoir un impact sur la capacité d’une mère à prendre soin d’elle-même et de son bébé. L’identification et le soutien précoces sont cruciaux pour la gestion et le traitement de la PPD.

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-V), la dépression post-partum (DPP) est un trouble de santé mentale qui affecte les femmes après l’accouchement. Elle se caractérise par des sentiments d’anxiété extrême, de tristesse et d’épuisement qui peuvent interférer avec le fonctionnement quotidien et les liens avec le nouveau-né. La PPD survient généralement dans les premières semaines ou les premiers mois suivant l’accouchement, mais peut persister pendant un an ou plus si elle n’est pas traitée. [2]

La recherche suggère que les changements hormonaux, en particulier la chute soudaine des niveaux d’œstrogène et de progestérone après l’accouchement, jouent un rôle important dans le développement de la PPD. D’autres facteurs, tels que des antécédents personnels ou familiaux de dépression, le manque de soutien social, la privation de sommeil et des événements stressants de la vie, peuvent également contribuer à son apparition. [3]

On estime qu’une femme sur sept souffre de dépression périnatale. Les prestataires de soins de santé, les membres de la famille et les amis doivent être conscients des signes et des symptômes de la PPD pour fournir un soutien et assurer le bien-être des nouvelles mères, car l’identification et l’intervention précoces sont cruciales dans la gestion de la PPD. [4]

Symptômes de la dépression post-partum

La dépression post-partum (DPP) se caractérise par des symptômes qui peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être émotionnel d’une nouvelle mère. Les symptômes courants associés à la PPD sont :

Symptômes de la dépression post-partum

  1. Tristesse persistante et sentiment de désespoir : les femmes atteintes de PPD peuvent ressentir une tristesse prolongée, des larmes ou un sentiment général de vide. Ils peuvent également manquer de joie ou d’intérêt pour les activités qu’ils aimaient autrefois.
  2. Fatigue extrême et manque d’énergie : La PPD peut provoquer une fatigue et un épuisement importants, même avec un repos suffisant. Cela peut rendre difficile pour les mères d’accomplir des tâches quotidiennes ou de s’occuper de leurs nouveau-nés.
  3. Modifications de l’appétit et des habitudes de sommeil : la PPD peut perturber les habitudes alimentaires et de sommeil d’une femme. Certains peuvent éprouver une perte d’appétit et avoir du mal à s’endormir ou à rester endormis, tandis que d’autres peuvent s’engager dans une alimentation émotionnelle ou dormir trop longtemps.
  4. Irritabilité, agitation et colère : les femmes atteintes de PPD peuvent présenter une irritabilité accrue, des sautes d’humeur fréquentes et un tempérament court. Ils peuvent se sentir facilement dépassés, agités ou frustrés par des problèmes mineurs.
  5. Anxiété et inquiétude excessive : la PPD peut se manifester par une anxiété intense, souvent caractérisée par une inquiétude excessive concernant la santé et le bien-être du bébé. Les mères peuvent éprouver des pensées rapides, de l’agitation et des symptômes physiques tels que des palpitations cardiaques ou un essoufflement.

Ces symptômes peuvent amener les nouvelles mères à se sentir honteuses, isolées ou coupables. Pour être diagnostiqué avec une dépression post-partum, les symptômes doivent apparaître soit pendant la grossesse, soit dans les quatre semaines suivant l’accouchement. [4], [5]

Causes de la dépression post-partum

Les causes de la dépression post-partum (DPP) sont multifactorielles et impliquent une interaction complexe de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Voici quelques-unes des causes de PPD :

Causes de la dépression post-partum

  1. Changements hormonaux : On pense que la chute spectaculaire des niveaux d’hormones après l’accouchement, en particulier les œstrogènes et la progestérone, contribue à la PPD. Ces fluctuations hormonales peuvent affecter les systèmes de neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l’humeur.
  2. Prédisposition génétique : La recherche suggère une composante génétique à la PPD. Les femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de dépression ou d’autres troubles de l’humeur peuvent courir un risque accru.
  3. Facteurs psychologiques : Des problèmes de santé mentale préexistants, tels que des antécédents de dépression ou d’anxiété, peuvent rendre les femmes plus sensibles à la PPD. De plus, des niveaux de stress élevés, une faible estime de soi ou des attentes irréalistes de la maternité peuvent contribuer à son développement.
  4. Soutien social : Le manque de soutien social, y compris un soutien émotionnel limité, des relations tendues ou une assistance inadéquate pour la garde des enfants, peut augmenter le risque de PPD.
  5. Facteurs de stress de la vie : Des événements importants de la vie, tels que des difficultés financières, des problèmes conjugaux ou des expériences d’accouchement traumatisantes, peuvent déclencher le PPD.

Peut-être qu’une combinaison de ces facteurs est susceptible de provoquer la PPD, et l’expérience de chaque femme peut différer. [6]

Effets de la dépression post-partum

« Honnêtement, parfois je pense encore que je dois faire face à [la dépression post-partum]. Je pense que les gens ont besoin d’en parler davantage parce que c’est presque comme le quatrième trimestre ; ça fait partie de la grossesse. Je me souviens qu’un jour, je n’ai pas trouvé le biberon d’Olympia, et j’étais tellement bouleversée que j’ai commencé à pleurer… parce que je voulais être parfaite pour elle. -Serena Williams. [7]

La dépression post-partum (DPP) peut affecter de manière significative la mère et son enfant. Certains des effets de la PPD sont :

Effets de la dépression post-partum

  1. Impact sur les mères : la PPD peut altérer la capacité d’une mère à prendre soin d’elle-même et de son nouveau-né. Cela peut entraîner une diminution des liens avec le bébé, des difficultés à établir l’allaitement et une réponse réduite aux besoins du nourrisson. La PPD peut également affecter le bien-être général, les relations et la qualité de vie de la mère.
  2. Impact sur les nourrissons : les nourrissons de mères atteintes de PPD peuvent présenter des retards de développement, une mauvaise régulation émotionnelle et une interaction sociale altérée. La recherche suggère que les nourrissons de mères dépressives peuvent être plus à risque de difficultés cognitives, comportementales et émotionnelles plus tard dans la vie.
  3. Dynamique familiale : la PPD peut mettre à rude épreuve les relations au sein de l’unité familiale, entraînant une augmentation des conflits, une perturbation de la communication et une diminution du soutien du partenaire ou de la famille. Les frères et sœurs du nouveau-né peuvent également être affectés par l’état de la mère.
  4. Conséquences à long terme : la PPD a été associée à un risque accru de dépression récurrente lors de futures grossesses et au-delà. Elle peut avoir des effets durables sur la santé mentale et le fonctionnement général de la mère.

L’identification, l’intervention et le soutien précoces sont cruciaux pour minimiser les effets néfastes de la DPP à la fois sur la mère et sur son enfant. [8]

Comment vaincre la dépression post-partum ?

Vaincre la dépression post-partum (DPP) nécessite une approche globale impliquant diverses stratégies. Voici quelques façons d’aborder et de surmonter le PPD :

Comment vaincre la dépression post-partum ?

  1. Cherchez de l’aide professionnelle : Il est crucial de consulter un fournisseur de soins de santé expérimenté en santé mentale périnatale. Ils peuvent diagnostiquer avec précision et recommander des options de traitement appropriées, telles qu’une thérapie ou des médicaments.
  2. Psychothérapie : La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la thérapie interpersonnelle (IPT) ont traité efficacement la PPD. Ces thérapies aident les individus à identifier et à modifier les schémas de pensée négatifs, à développer des stratégies d’adaptation et à améliorer les relations interpersonnelles.
  3. Soutien social : Construire un réseau de soutien solide est essentiel. Se connecter avec la famille, les amis et les groupes de soutien peut fournir une validation émotionnelle, une assistance pratique et un sentiment d’appartenance.
  4. Auto-soins : Donner la priorité aux activités d’auto-soins, telles que l’exercice, une bonne nutrition, un sommeil suffisant et la pratique d’activités agréables, peut favoriser le bien-être général et aider à la récupération du PPD.
  5. Implication du partenaire et de la famille : Impliquer les partenaires et les membres de la famille dans le processus de traitement et s’assurer de leur compréhension de la PPD peut améliorer le soutien et contribuer au processus de guérison.
  6. Médicaments (si nécessaire) : Dans les cas graves, les professionnels de la santé peuvent prescrire des antidépresseurs pour soulager les symptômes de la PPD. Il est essentiel de discuter des avantages et des risques potentiels avec un professionnel de la santé.

Il est important de se rappeler que la récupération de la PPD prend du temps et qu’un plan de traitement personnalisé est essentiel. La collaboration avec les prestataires de soins de santé et un environnement favorable contribuent considérablement à surmonter le PPD. [9]

Conclusion

La dépression post-partum est un problème de santé mentale important qui peut nuire aux mères et à leurs nourrissons. Avec un diagnostic et une intervention appropriés, y compris une thérapie, des médicaments, un soutien social et des soins personnels, les femmes souffrant de PPD peuvent trouver un soulagement et retrouver leur bien-être. Il est essentiel de sensibiliser, de promouvoir la détection précoce et de fournir des systèmes de soutien complets pour traiter et surmonter efficacement la dépression post-partum.

Si vous luttez contre la dépression post-partum, connectez-vous avec nos conseillers experts ou explorez plus de contenu sur United We Care ! Chez United We Care, une équipe d’experts en bien-être et en santé mentale vous guidera avec les meilleures méthodes pour votre bien-être.

Les références

[1]  » 10 citations sur la maternité que nous aimons absolument — Bloome Wellness & Recovery », Bloome Wellness & Recovery , 12 mai 2021.

[2] GP de A. Moraes, L. Lorenzo, GAR Pontes, MC Montenegro et A. Cantilino, « Dépistage et diagnostic de la dépression post-partum : quand et comment ? », Trends in Psychiatry and Psychotherapy , vol. 39, non. 1, pp. 54–61, mars 2017, doi : 10.1590/2237-6089-2016-0034.

[3] K. Cordes, I. Egmose, J. Smith-Nielsen, S. Køppe et MS Væver, « Le contact maternel dans le comportement de soins des mères avec et sans dépression post-partum », Infant Behavior and Development , vol. 49, pp. 182–191, novembre 2017, doi : 10.1016/j.infbeh.2017.09.006.

[4] S. Davé, I. Petersen, L. Sherr et I. Nazareth, « Incidence de la dépression maternelle et paternelle en soins primaires », Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine , vol. 164, non. 11, novembre 2010, doi : 10.1001/archpediatrics.2010.184.

[5] CT Beck, « Prédicteurs de la dépression post-partum, » Nursing Research , vol. 50, non. 5, pp. 275–285, septembre 2001, doi : 10.1097/00006199-200109000-00004.

[6] E. Robertson, S. Grace, T. Wallington et DE Stewart, « Facteurs de risque prénatals pour la dépression post-partum: une synthèse de la littérature récente, » General Hospital Psychiatry , vol. 26, non. 4, pp. 289–295, juillet 2004, doi : 10.1016/j.genhosppsych.2004.02.006.

[7] « Serena Williams sur la fraternité, l’acceptation de soi et rester forte », Harper’s BAZAAR , 30 mai 2018. https://www.harpersbazaar.com/uk/fashion/fashion-news/a20961002/serena-williams-july -issue-cover-shoot/

[8] T. Field, « Effets de la dépression post-partum sur les interactions précoces, la parentalité et les pratiques de sécurité : une revue », Infant Behavior and Development , vol. 33, non. 1, pp. 1–6, février 2010, doi : 10.1016/j.infbeh.2009.10.005.

[9] C. Zauderer, « Dépression post-partum : comment les éducateurs en accouchement peuvent aider à briser le silence », Journal of Perinatal Education , vol. 18, non. 2, pp. 23–31, janvier 2009, doi : 10.1624/105812409×426305.

Unlock Exclusive Benefits with Subscription

  • Check icon
    Premium Resources
  • Check icon
    Thriving Community
  • Check icon
    Unlimited Access
  • Check icon
    Personalised Support
Avatar photo

Author : United We Care

Retour en haut

United We Care Business Support

Thank you for your interest in connecting with United We Care, your partner in promoting mental health and well-being in the workplace.

“Corporations has seen a 20% increase in employee well-being and productivity since partnering with United We Care”

Your privacy is our priority