Colère réprimée : la vérité choquante que vous devez savoir

juin 9, 2023

8 min read

Avatar photo
Author : United We Care
Colère réprimée : la vérité choquante que vous devez savoir

Introduction _

La colère refoulée est un phénomène psychologique complexe qui peut affecter profondément le bien-être mental et émotionnel d’un individu. La colère refoulée découle souvent d’un conditionnement sociétal ou d’expériences personnelles, qui font référence à la suppression ou au déni inconscient des émotions liées à la colère. Cet article se penchera sur la colère réprimée, ses conséquences potentielles et les stratégies pour y faire face.

Définir la colère réprimée _

La colère est une émotion naturelle et puissante qui fait surface en réponse à des menaces ou à des interférences sous une forme ou une autre. Cependant, certaines personnes ont tendance à éviter de reconnaître et d’exprimer cette colère. La colère refoulée est un mécanisme de défense qui découle de divers facteurs, tels que les attentes de la société, les normes culturelles, l’éducation personnelle ou les expériences traumatisantes [1]. Pour échapper aux émotions désagréables associées au stress, à la discorde et à la tension, les individus peuvent utiliser ce processus inconscient pour se sauver [2]. Au fil du temps, la colère réprimée peut s’accumuler et se manifester différemment, affectant la santé mentale, émotionnelle et physique.

Il est essentiel de distinguer la colère refoulée de la colère refoulée. Alors que ce dernier n’est pas intentionnel et que l’individu qui réprime sa colère peut ne pas connaître sa tendance, le premier est un acte conscient. La suppression est un effort conscient pour retenir ou contrôler délibérément des émotions, des pensées ou des impulsions [2].

Il est difficile de mesurer et de rapporter la colère refoulée, car il y a une tromperie considérable de soi et de l’autre [3]. Les individus peuvent ressentir certains symptômes dans leur corps, tels qu’une accélération du rythme cardiaque, et même montrer des comportements proches de la colère, mais nieront le sentiment d’agressivité lorsqu’ils seront interrogés directement ou confrontés. Certaines études ont montré que ceux qui répriment la colère ne rapportent pas d’émotions négatives pendant le stress, mais leur fréquence cardiaque et leur excitation physiologique sont élevées [3].

Quels sont les symptômes de la colère réprimée ?

La colère refoulée peut affecter une personne de plusieurs façons. Elle affecte le bien-être émotionnel, mental et physique d’une personne et, si elle n’est pas traitée, peut avoir des conséquences dévastatrices. Certaines façons dont la colère refoulée se manifeste sont :

Quels sont les symptômes de la colère refoulée ?

Mouvements E négatifs inexpliqués _

La colère refoulée peut contribuer à l’irritabilité chronique, à la frustration ou à l’insatisfaction. Les émotions refoulées peuvent refaire surface de manière inattendue et s’intensifier, entraînant des sautes d’humeur [2].

Mauvaises stratégies d’adaptation et problèmes de santé mentale

Les personnes qui répriment la colère ont tendance à éviter d’affronter et d’aborder leurs sentiments et utilisent la distraction pour faire face aux situations bouleversantes. Cela provoque du stress, de l’anxiété et d’autres problèmes de santé mentale [2] [4].

Pensées négatives et intrusives

Les personnes dont la colère est réprimée ont tendance à avoir des pensées intrusives négatives et autocritiques. Cela peut affecter leur estime de soi et leur bien-être général.

Dépression

Certains auteurs considèrent la dépression comme une colère dirigée contre soi [5]. Des études ont établi un lien entre la répression et la suppression de la colère

Maladies chroniques _

Certaines études suggèrent que la colère non traitée affecte le corps en provoquant des tensions musculaires chroniques ou des maux de tête. De plus, il peut affaiblir le système immunitaire, provoquer une hypertension artérielle, une réactivité cardiovasculaire élevée et même conduire au développement de troubles graves comme le cancer [2] [3] [6].

Mauvais bien-être relationnel

Souvent, les personnes qui répriment leur colère ont du mal à communiquer, à exprimer leurs besoins ou à fixer des limites [2]. Cela peut créer une barrière émotionnelle et entraver des relations saines avec les autres

Il est donc primordial de savoir gérer efficacement la colère. Faire face à la colère refoulée peut être difficile, mais on peut le faire avec des conseils simples.

Comment gérer une colère refoulée ?

S’attaquer à la colère réprimée peut sembler intimidant, mais c’est un chemin qu’il faut parcourir pour mener une vie saine et heureuse. Certaines façons de découvrir et de gérer la colère refoulée sont [1] [2] :

Comment gérer une colère refoulée ?

1) Conscience et acceptation de la colère Reconnaître et reconnaître la colère refoulée est la première étape pour y faire face. Puisqu’il s’agit d’un processus inconscient, on peut même ne pas avoir conscience de réprimer sa colère. Il est utile de s’asseoir avec des émotions inexpliquées, de les suivre dans votre corps et d’essayer de comprendre ce qui peut les causer. La tenue d’un journal peut être bénéfique pour comprendre profondément ses pensées et ses émotions. Il est important de se rappeler que la colère est naturelle et précieuse. Accepter ses sentiments, même négatifs, peut être la première étape pour les résoudre. 2) Apprendre une expression saine de la colère On peut apprendre des stratégies de communication assertives pour exprimer sainement sa colère en apprenant des techniques et en fixant des limites claires. Avec les émotions refoulées, il est facile de se déclencher dans des situations qui autrement ne seraient pas nuisibles (ex : un ami qui arrive en retard ou qui annule le plan). Il peut être utile de comprendre leurs déclencheurs lorsqu’ils se déclenchent et de trouver des moyens sains de libérer cette colère au lieu de l’exploser ou de l’éviter. 3) Trouver des moyens de canaliser la colère La colère s’accompagne de beaucoup d’énergie. S’engager dans des activités physiques comme l’exercice ou le sport ou trouver des débouchés créatifs comme la peinture, l’écriture ou la musique peut aider à libérer des émotions refoulées. 4) Pratiquer la pleine conscience, la méditation et la compassion Il est essentiel d’être conscient de ce que l’on ressent et de permettre que cela se produise au lieu de l’éviter. Pratiquer la pleine conscience et la méditation, en général, peut vous aider à observer et à accepter les émotions sans jugement, permettant le traitement et la libération de la colère refoulée. Il est également essentiel de pratiquer la compassion pour soi et les autres et de laisser ces sentiments ou ces situations, qui peuvent ne pas être idéales, exister. 5) Chercher une thérapie Si la colère refoulée a un impact significatif sur votre vie quotidienne ou vos relations, envisagez de demander conseil à un professionnel de la santé mentale. Ils peuvent fournir des informations, des outils et des interventions thérapeutiques adaptés à vos besoins. Comprendre et gérer la colère est l’une des compétences les plus précieuses qu’une personne puisse développer. Apprendre à reconnaître et à exprimer sa colère sainement peut conduire à un meilleur bien-être général.

Conclusion

La colère refoulée peut avoir un impact profond sur le bien-être émotionnel, les relations et la santé physique d’un individu. Les individus peuvent commencer le voyage vers la libération de la colère refoulée et favoriser le bien-être émotionnel en cultivant la conscience de soi, en trouvant des exutoires sains pour s’exprimer, en pratiquant la pleine conscience et en recherchant une aide professionnelle si nécessaire.

Si vous êtes quelqu’un qui réprime sa colère et qui a du mal à la gérer, contactez les experts ou explorez plus de contenu sur UWC . L’équipe de bien-être et de santé mentale de United We Care vous guidera avec les meilleures méthodes de découverte de soi et de bien-être.

Les références

  1. « Colère réprimée : la personne très sensible et la colère », Eggshell Therapy and Coaching, https://eggshelltherapy.com/repressed-anger/ (consulté le 20 mai 2023).
  2. W. par : NA LMFT et R. par : DW PharmD, « Colère réprimée : signes, causes, traitements et 8 façons de faire face », Choisir une thérapie, https://www.choosingtherapy.com/repressed-anger/ ( consulté 20 mai 2023).
  3. JW Burns, D. Evon et C. Strain-Saloum, «Colère réprimée et schémas de réponses cardiovasculaires, d’auto-évaluation et comportementales», Journal of Psychosomatic Research, vol. 47, non. 6, pp. 569–581, 1999. doi:10.1016/s0022-3999(99)00061-6
  4. HM Hendy, LJ Joseph et SH Can, « La colère refoulée médiatise les associations entre les facteurs de stress des minorités sexuelles et les résultats psychologiques négatifs chez les hommes gais et les femmes lesbiennes », Journal of Gay & Lesbian Mental Health, vol. 20, non. 3, pp. 280–296, 2016. doi:10.1080/19359705.2016.1166470
  5. FN Busch, «Colère et dépression», Advances in Psychiatric Treatment, vol. 15, non. 4, pp. 271–278, 2009. doi:10.1192/apt.bp.107.004937
  6. SP Thomas et al., « Colère et cancer », Cancer Nursing, vol. 23, non. 5, pp. 344–349, 2000. doi:10.1097/00002820-200010000-00003

Unlock Exclusive Benefits with Subscription

  • Check icon
    Premium Resources
  • Check icon
    Thriving Community
  • Check icon
    Unlimited Access
  • Check icon
    Personalised Support
Avatar photo

Author : United We Care

Retour en haut

United We Care Business Support

Thank you for your interest in connecting with United We Care, your partner in promoting mental health and well-being in the workplace.

“Corporations has seen a 20% increase in employee well-being and productivity since partnering with United We Care”

Your privacy is our priority