Surmonter les pensées intrusives : libérer votre résilience

juin 6, 2023

9 min read

Avatar photo
Author : United We Care
Surmonter les pensées intrusives : libérer votre résilience

Introduction

Les esprits humains sont complexes et mystérieux. Capable de produire plus de 6000 pensées par jour [1], ce sont parfois des pensées indésirables. Cet article explore la signification et la nature des pensées intrusives et comment les gérer.

Que sont les pensées intrusives ?

Selon l’APA, les pensées intrusives sont des événements ou des images mentaux bouleversants qui peuvent perturber les pensées liées à la tâche qu’une personne est en train d’accomplir [2]. Les pensées intrusives peuvent avoir les caractéristiques suivantes [3] [4] [5] :

  • Sont répétitifs ; ainsi, des pensées similaires peuvent se produire encore et encore
  • Sont soit des images soit des impulsions
  • Sont indésirables et inacceptables ou pas quelque chose qu’une personne voudrait penser
  • Sont incontrôlables et peuvent survenir soudainement
  • Ne correspondent souvent pas à ce que la personne fait ou croit
  • Sont difficiles à contrôler ou à supprimer
  • Provoquer de la détresse, de la culpabilité, de la honte ou des émotions négatives chez une personne
  • Et très probablement pour distraire une personne de la tâche sur laquelle elle travaille

Ces pensées sont souvent liées au mal, à la violence, aux thèmes sexuels, à l’agressivité, à la saleté ou à la contamination [3] [4]. Ils peuvent également avoir des thèmes de doutes sur soi, des pensées sur des facteurs de stress spécifiques, des échecs ou des flashbacks du passé. Par exemple, une personne qui fait du jogging peut atteindre un pont et avoir soudainement une pensée intrusive sur l’effondrement du pont. Sinon, la personne peut ne pas avoir d’anxiété concernant la santé et les ponts et peut avoir cette pensée. Un autre exemple est celui d’une personne avec un être cher à l’hôpital qui se retrouve soudainement à penser à sa mort.

Alors que certaines personnes peuvent écarter ces pensées, d’autres deviennent obsédées ou effrayées. Ils deviennent des déclencheurs d’événements du passé et une cause d’inquiétude.

Les chercheurs ont conclu que les personnes qui se sentent coupables d’avoir de telles pensées ou qui croient qu’elles pourraient être capables de faire quelque chose de mal parce qu’elles ont ces pensées se sentent souvent affligées [4]. C’est particulièrement le cas dans des troubles comme le TOC, et lorsque de telles obsessions commencent, l’individu peut également développer des actions ou des rituels pour éviter ces pensées.

Pourquoi avons-nous des pensées intrusives ?

Les pensées intrusives sont un phénomène courant chez les gens [4]. De nombreuses personnes se retrouvent à penser à des sujets et à des situations indésirables, par exemple, à penser à la mort d’un être cher.

Il y a des spéculations sur les origines des pensées intrusives, et une hypothèse les considère comme faisant partie de la capacité de résolution de problèmes d’un humain. Ils ressemblent à une séance de « brainstorming », et les problèmes soulevés pourraient mériter l’attention si la situation était différente.

Néanmoins, les chercheurs ont identifié que les pensées intrusives sont souvent liées à des problèmes de santé mentale. Ceux-ci inclus:

Pourquoi avons-nous des pensées intrusives ?

  1. Caractéristiques de la personnalité : Certains chercheurs ont mis en évidence le rôle des caractéristiques de la personnalité telles que la sensibilité élevée, le névrosisme et la conscience dans le fait d’être plus enclin aux pensées intrusives [5].
  2. Stress : les personnes stressées sont plus sujettes aux pensées intrusives et sont moins capables de les ignorer ou de les contrôler [5]. Des études montrent que lorsqu’un individu traverse une période difficile ou a été stressé, l’incidence des pensées intrusives augmente avec la capacité de l’individu à identifier les mots (ou stimuli) liés au stress [6].
  3. Dépression et anxiété : Dans la dépression, la pensée ruminative sur le passé et le trouble anxieux, la cognition provoquant l’inquiétude face à l’avenir a été associée à des pensées intrusives [5].
  4. Trauma : en particulier chez les personnes atteintes de SSPT, les pensées récurrentes et intrusives de la mémoire des événements traumatiques sont courantes [7].
  5. Trouble obsessionnel compulsif : la plupart des recherches sur les pensées intrusives se sont déroulées dans le contexte du TOC. Les personnes atteintes de TOC ont des pensées intrusives qui sont très pénibles. Ils deviennent souvent obsédés par les pensées et peuvent également développer un comportement compulsif pour les éviter [4].

Il est important de se rappeler que le fait d’avoir des pensées intrusives n’indique pas nécessairement qu’une personne souffre d’un problème de santé mentale. Cependant, si des pensées intrusives interfèrent avec la vie quotidienne ou causent une détresse importante, il peut être utile de demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale. United We Care Platform dispose d’une gamme d’experts qui fournissent un soutien pour les pensées intrusives et d’autres problèmes de santé mentale.

Comment faire face aux pensées intrusives ? 

Les pensées intrusives peuvent provoquer une anxiété importante et les gens ont tendance à les supprimer ou à les éviter lorsqu’ils sont en détresse. Cependant, cela provoque un effet de rebond et peut faire revenir ces pensées plus fortes avec une fréquence plus élevée [8].

Ainsi, l’utilisation de techniques de suppression des pensées (comme les éviter, se distraire ou utiliser l’arrêt des pensées) peut ne pas être utile. Au lieu de cela, on peut gérer les pensées intrusives en utilisant certaines des techniques suivantes :

Comment faire face aux pensées intrusives ?

  • Accepter et nommer la pensée : Au lieu de se battre, identifier que l’on a une pensée intrusive et la nommer comme telle peut aider à séparer le soi de la pensée. Ceci, avec un rappel que les pensées intrusives sont courantes, peut aider à réduire la détresse [9]
  • Restructuration cognitive : cette approche consiste à remettre en question les pensées négatives ou déformées et à les remplacer par des pensées plus positives ou réalistes. Par exemple, lorsqu’un individu a une pensée intrusive négative, il peut consciemment la défier avec une pensée positive et réelle.
  • Pleine Conscience : Les composantes de la pleine conscience qui obligent l’individu à observer ses pensées, à ne pas porter de jugement à leur égard et à se percevoir comme plus grand que ses pensées aident à gérer les pensées intrusives [10].
  • Évitez de vous engager dans des pensées : il peut être utile d’éviter de s’appuyer sur ces pensées et d’identifier leur signification. Au lieu de cela, permettre au soi de les observer à distance et de ne pas s’engager avec eux peut réduire l’impact [11].
  • Psychothérapie : En particulier lorsque des pensées intrusives provoquent un dysfonctionnement, on peut consulter un psychologue et discuter de la façon de travailler sur ces pensées. Habituellement, les professionnels utilisent des thérapies comme la TCC et l’ACT pour travailler sur les intrusions et aider un individu.

Chez les personnes où ces pensées peuvent faire partie d’un trouble comme le TOC, l’anxiété, la dépression ou le SSPT, les médicaments peuvent également aider à gérer les pensées intrusives. Les médicaments peuvent aider à réduire d’autres symptômes, augmentant ainsi la capacité de la personne à faire face à ces pensées indésirables.

Conclusion

Les pensées intrusives sont des expériences quotidiennes, mais elles peuvent causer une détresse et une anxiété importantes chez certaines personnes. Bien qu’aucune recherche n’explique de manière concluante pourquoi ces pensées se produisent et qu’elles peuvent être difficiles à gérer, il existe plusieurs stratégies efficaces que les individus peuvent utiliser pour réduire leur impact sur la vie quotidienne. L’acceptation, la restructuration cognitive, la pleine conscience et la recherche d’une aide professionnelle sont toutes des approches pratiques pour aider les individus à gérer les pensées intrusives. Contactez les experts de la plateforme United We Care si vous êtes aux prises avec des pensées intrusives. Chez United We Care, notre équipe vous fournira les meilleures solutions pour votre bien-être général .

Les références

  1. C. Raypole, «  Combien de pensées avez-vous par jour ? Et d’autres FAQ », Healthline, (consulté le 9 mai 2023).
  2. « Apa Dictionary of Psychology », American Psychological Association , (consulté le 9 mai 2023).
  3. C. Purdon et DA Clark, «  Contrôle perçu et évaluation des pensées intrusives obsessionnelles : une réplication et une extension », Psychothérapie comportementale et cognitive , vol. 22, non. 4, pp. 269–285, 1994. doi:10.1017/s1352465800013163
  4. DA Clark, C. Purdon et ES Byers, « Évaluation et contrôle des pensées intrusives sexuelles et non sexuelles chez les étudiants universitaires », Behavior Research and Therapy , vol. 38, non. 5, pp. 439–455, 2000. doi:10.1016/s0005-7967(99)00047-9
  5. DA Clark, DA Clark et S. Rhyno, « UNWANTED INTRUSIVE THOUGHTS IN NONCLINICAL INDIVIDUALS Implications for Clinical Disorders », dans Pensées intrusives dans les troubles cliniques : Théorie, recherche et traitement , New York : Guilford Press, 2005, pp. 1– 25
  6. L. Parkinson et S. Rachman, «  Partie III — pensées intrusives : les effets d’un stress incontrôlé », Advances in Behavior Research and Therapy , vol. 3, non. 3, pp. 111–118, 1981. doi:10.1016/0146-6402(81)90009-6
  7. J. Bomyea et AJ Lang, « Prise en compte des pensées intrusives dans le SSPT : Contributions du contrôle cognitif et des stratégies de régulation délibérées », Journal of Affective Disorders , vol. 192, p. 184–190, 2016. doi:10.1016/j.jad.2015.12.021
  8. JS Abramowitz, DF Tolin et GP Street, «  Effets paradoxaux de la suppression de la pensée : une méta-analyse d’études contrôlées », Clinical Psychology Review , vol. 21, non. 5, pp. 683–703, 2001. doi:10.1016/s0272-7358(00)00057-x
  9. K. Bilodeau, « Gestion des pensées intrusives », Harvard Health , (consulté le 9 mai 2023).
  10. JC Shipherd et JM Fordiani, «  L’application de la pleine conscience pour faire face aux pensées intrusives », Pratique cognitive et comportementale , vol. 22, non. 4, p. 439–446, 2015. doi:10.1016/j.cbpra.2014.06.001
  11. « Pensées intrusives indésirables », Anxiety and Depression Association of America , ADAA, (consulté le 9 mai 2023).

Unlock Exclusive Benefits with Subscription

  • Check icon
    Premium Resources
  • Check icon
    Thriving Community
  • Check icon
    Unlimited Access
  • Check icon
    Personalised Support
Avatar photo

Author : United We Care

Retour en haut

United We Care Business Support

Thank you for your interest in connecting with United We Care, your partner in promoting mental health and well-being in the workplace.

“Corporations has seen a 20% increase in employee well-being and productivity since partnering with United We Care”

Your privacy is our priority